Opération du Val de Viosne

Réponse conjointe des structures de Voie 95 à l’appel d’offre de la Communauté des Communes du Val de Viosne, pour des travaux d’aménagement d’une frange boisée du parc d’activité de la Richarderie, à Marines.

Genèse
En 2008, la Communauté des Communes du Val de Viosne a lancé un appel d’offre pour des travaux de plantations sur le parc d’activité de la Richarderie à Marines dans le cadre de l’article 30 du Code des Marchés Publics (l’objet du marché consiste dans la prestation d’insertion, à l’occasion des travaux de végétalisation). Le Président de la Communauté de Communes, Mr Guiard, a d’abord contacté l’association Vie Vert qui anime des chantiers d’insertion, pour lui faire part du projet de la Richarderie. Pour Vie Vert, les enjeux environnementaux et sociaux que présentaient ce chantier ont été perçus comme intéressants, notamment pour l’apprentissage de nouvelles techniques et compétences pour les salariés en insertion. En effet, Vie Vert intervient depuis 1998 sur le territoire du Parc Nature Régional (PNR) du Vexin français. Après avoir étudié le projet avec l’aide d’un botaniste (il s’agit de respecter la charte environnementale du Parc), Vie Vert s’est donc portée candidate. Le chantier étant néanmoins trop important, Vie Vert, adhérente Voie 95, a sollicité 3 autres structures du réseau (l’entreprise d’insertion Esprit Passage et 2 associations qui portent des chantiers d’insertion : AGOIE et Plaine de Vie) pour répondre communément à l’appel d’offre. Après s’être rencontrées, elles ont décidé de s’engager ensemble.

Pourquoi répondre en commun?
Voie 95 est une association qui fédère les structures agréées de l’IAE dans le 95. Créée en 2004, elle regroupe 36 structures d’insertion par l’activité économique (SIAE). Ce regroupement permet entre autres de favoriser la coordination entre les SIAE du département, d’être un interlocuteur des autorités, et surtout de faciliter le développement et le soutien de projets communs. Le réseau VOIE 95 est composé d’Associations Intermédiaires (AI), d’Entreprises d’Insertion (EI), d’Ateliers et Chantiers d’Insertion (ACI) et de Régies de Quartier (RQ).

Répondre communément à un projet de grande ampleur (2800 arbustes à planter sur près d’1,6 hectares), a permis avant tout de remporter le marché, puis :
– – De faciliter sa réalisation (faire ensemble ce que chaque structure n’aurait pu faire seule de son côté), de tout mettre en œuvre pour finir dans les délais impartis ;
– – De mutualiser des moyens humains, du matériel (apport de gros équipement par Esprit Passage) ;
– – De mieux se connaître, de s’enrichir mutuellement, de prendre des habitudes de coopération utile dans un contexte de développement des clauses d’insertion dans les marchés publics

Cette expérience innovante est perçue comme une opportunité pour envisager le développement futur des SIAE. Cependant, des coopérations entre structures existaient déjà, plus souvent bilatérales et de portée plus limitée.

Organisation sur le terrain
Le boisement de la zone de la Richarderie consistait à planter 2800 arbustes. Pour simplifier le travail du donneur d’ordre, Vie Vert a porté le marché, les autres structures agissant en sous-traitance. Elles sont engagées pour l’ensemble du projet et sur les trois années à venir.

Données techniques de l’opération :
Coût total du projet : 66440,00 € dont 42371,19 € pour la main d’œuvre ;

Répartition des tâches :

Secteur 1 Le grand boisement Vie vert 207 sujets
Secteur 2 Bord de bassin Plaine de vie 630 sujets
Secteur 3 La lisière Esprit Passage 1730 sujets
Secteur 4 Le talus AGOIE 226 sujets

Soit environ 2800 arbustes.
Nombre de salariés : 40 personnes
Durée du chantier : 3 mois (de décembre 2008 à mars 2009)

Intérêt de ce type d’opération
– Satisfaction du donneur d’ordre qui tenait à réaliser une opération d’insertion d’une certaine ampleur
– Satisfaction du donneur d’ordre sur le plan technique : le chantier a été bien réalisé dans le respect des contraintes environnementales du site
– Développement des capacités de réponse économique des structures engagées
– Possibilité pour les structures d’échanger et de développer ensemble leurs savoirs faire et capacités techniques
– Intérêt pour le public en insertion de se confronter à un chantier d’envergure
– Un apport d’heures de travail non négligeable pour les structures

Ce qui peut être amélioré
Nous n’avons pas profité suffisamment de l’opportunité qui nous était offerte de mêler au travail des publics d’origines très variées.

.